Les syndicats, au pouvoir au Conseil d’État vaudois ? Le Centre-droite vaudois est consterné face à l’irresponsabilité du Conseil d’État dans le dossier de la CPEV

Le Centre-droite vaudois (CDV) est stupéfait de la proposition faite par le Conseil d’État de renvoyer le nouveau plan pour la Caisse de pension de l’État de Vaud (CPEV) aux calendes grecques. Le Conseil d’État fait preuve ici d’une irresponsabilité crasse et semble courber l’échine sous la pression des syndicats. Le CDV interviendra au Grand Conseil afin que l’équilibre financier de la CPEV puisse être assuré selon les objectifs fixés par le droit fédéral.

C’est par voie de communiqué de presse que le Centre-droite vaudois, déconcerté, a pris connaissance de la décision du Conseil d’État de « proposer aux syndicats une démarche commune visant à maintenir le plan de prestations et de financement inchangé jusqu'à la prochaine échéance de validation en 2022 ». En agissant de la sorte, le Conseil d’État à majorité de gauche semble avoir cédé aux chants des sirènes syndicalistes et fait preuve d’une grande irresponsabilité : en lieu et place d’encourager les acteurs à trouver des solutions, il propose de renvoyer le nouveau plan à plus tard. Il s‘assied ainsi purement et simplement sur le droit fédéral.

L’équilibre financier de la CPEV est menacé et des mesures doivent être prises rapidement. L’argument selon lequel les « excellents résultats » de la Caisse en 2017 permettent de renvoyer en 2022 un nouveau plan est tout bonnement irresponsable. Si le scénario espéré par le Conseil d’État se réalise, chacun se rassurera, mais dans le cas contraire, la facture pourrait tout simplement être au-dessus des moyens financiers aussi bien de l’État que des employés.  La proposition du Conseil d’État visant à créer des « provisions » pour « sécuriser la situation pendant la période 2019-2022 », laisse quant à elle le CDV dubitatif. Qui sera chargé de réaliser ces provisions et d’où proviendra l’argent ?

Alors que le Conseil d’administration de la CPEV avait fait son travail, le Conseil d’État veut-il aujourd’hui mettre sous le tapis cet important dossier, afin de céder la patate chaude aux prochains conseillers d’État ?

Le Centre-droite vaudois agira de concert au Grand Conseil afin que le Conseil d’État encourage les instances responsables à trouver des mesures, en concertation avec les représentants du personnel. Ces mesures devront garantir l’équilibre financier de la CPEV, conformément au droit fédéral.

 

Contacts :

Frédéric Borloz, président du PLR Vaud, 079 204 43 30

Jacques Nicolet, président de l’UDC Vaud, 079 206 97 29

François Pointet, président des vert’libéraux vaudois, 079 586 64 87

Grégory Devaud, chef du groupe PLR au Grand Conseil, 079 641 64 37

Claire Richard, cheffe du groupe vert’libéral au Grand Conseil, 079 485 80 72

Philippe Jobin, chef du groupe UDC au Grand Conseil, 078 632 13 8

Aucune actualité disponible.